CeBeDeM

CeBeDeM

index
des compositeurs affiliés

MOULAERT, Raymond

MOULAERT, Raymond, Auguste, Marie, compositeur, pianiste, pédagogue, né à Bruxelles le 4 février 1875, y décédé le 18 janvier 1962.

Au Conservatoire royal de Bruxelles, il suit les cours d'Arthur De Greef pour le piano, de Gustave Huberti et de Joseph Dupont pour l'harmonie écrite, d'Edouard Samuel pour l'harmonie pratique et d'Edgar Tinel pour le contrepoint et la fugue. Initié à l'instrumentation et à l'orchestration par Martin Lunssens, Raymond Moulaert choisit d'être autodidacte dans le domaine de la composition. Organiste et pianiste, il met ses talents au service du Théâtre de la Monnaie de 1898 à 1912, en tant que répétiteur. Il s'affirme ensuite comme pédagogue, en enseignant pendant quarante-trois ans dans l'institution qui l'avait formé. Il y occupe successivement les fonctions de moniteur d'harmonie, de professeur de lecture à vue, de titulaire du cours de piano parallèle au cours d'orgue, de professeur d'harmonie pratique, puis, entre 1927 et 1940, de professeur de contrepoint, cours dans lequel son enseignement s'affirmera le plus. De 1918 à 1938, il a également dirigé l'Ecole de musique de Saint-Gilles, tandis qu'entre 1939 et 1943, il se distingue en tant que professeur d'harmonie et de composition à la Chapelle musicale Reine Elisabeth.

Cultivé, il se fait aussi remarquer par ses écrits, en collaborant en 1923 et 1924 à la revue La Belgique musicale, aux côtés de Joseph Jongen et de Paul Collaer. Passionné par la musique du passé, il n'hésite pas à participer au vaste projet de l'édition des oeuvres complètes de Lully, mené par le musicologue français Henry Prunières, s'impliquant en 1932 dans la publication de l'Alceste, en réalisant le continuo et en réduisant l'orchestre.

En 1955, Raymond Moulaert devient membre de l'Académie royale de Belgique. Dans ce cadre, il rédige deux notices biographiques publiées dans l'Annuaire de l'Académie, l'une consacrée à François Rasse (1959), l'autre à son professeur Martin Lunssens (1961). Partageant sa longue carrière entre le professorat et la composition musicale, il se voit décerner en 1958, par le gouvernement belge, le Prix quinquennal, couronnant l'ensemble de son oeuvre et célébrant le rôle important qu'il a joué dans la vie culturelle belge.

En tant que compositeur, Raymond Moulaert s'inscrit d'abord dans une lignée franckiste qu'il élargit très jeune, se découvrant rapidement un attrait pour les oeuvres de Fauré, Debussy et Ravel, puis pour celles de Stravinsky et Bartók. A partir de ses découvertes, combinées à celles faites dans l'étude de la musique ancienne, Moulaert élabore son propre style, où la forme se doit d'être limpide, avec des articulations claires, où les lignes mélodiques se veulent naturelles et où l'harmonie se pense sans surcharges. Au travers d'une petite centaine d'opus, dont les premiers datent de 1903, il aborde tour à tour l'art vocal, où il fait montre de sa connaissance profonde des modes anciens et du contrepoint, la musique symphonique et concertante, le répertoire pour orchestres d'harmonie, ainsi que la musique de chambre. Si la majorité de ses compositions seront éditées par le CeBeDeM (Centre belge de documentation musicale), Moulaert voit certaines de ses oeuvres sortir des presses des Bruxellois Lauwerijns, Vriamont, Brogneaux et Oertel, de la firme berlinoise Bote und Bock, de la londonienne Chester et de la parisienne Sénart.

Au chapitre instrumental, il convient de mettre en évidence la Symphonie de valses (1936), composée de cinq parties basées sur un argument chorégraphique, imaginé par Moulaert lui-même, et qui laisse transparaître l'influence de Ravel et de ses Valses nobles et sentimentales. Postérieure, la longue Symphonie de fugues (1942-1944) s'ordonne dans une structure rigoureuse et n'est pas sans rappeler l'écriture de Bartók. Pour orchestre, il compose également une Passacaille (1931), des Etudes symphoniques (1943) et des Variations symphoniques (1952). Moulaert aime à écrire pour des formations : Fanfare d'honneur (1920); Appels pour un tournoi de chevalerie (1923); Fanfare pour une corrida (1930); Fanfares (1930); Springdans (1930). Il est aussi l'auteur de plusieurs oeuvres concertantes : Thème et variations pour trompette et orchestre (1910); Concertino pour trompette et orchestre (1937); Concerto pour piano et orchestre (1938), dont les trois mouvements s'enchaînent (Variations - Lied - Final); Rhapsodie écossaise pour clarinette et orchestre (1940); Tango-caprice pour saxophone alto et orchestre (1942); Eroica pour cor et orchestre (1946); Légende pour flûte et orchestre (1951).

Dans le domaine de la musique de chambre, les vents sont également fort présents, avec un Andante en fa pour quatre cors (1903) et un Andante, fugue et final (1907) pour hautbois, hautbois d'amour, cor anglais et heckelphone, dont il réalise également une version pour quatuor de saxophones. Il compose aussi une Suite pour trois trombones (1939). Il écrit pour diverses configurations : Sextuor pour piano, flûte, hautbois, clarinette, cor et basson (1925); Divertimento pour violon, alto et violoncelle (1936); Choral varié pour quatre violoncelles (1937); Sonate en forme de passacaille pour violoncelle et piano (1941); Concert pour flûte, hautbois, clarinette, cor, basson et harpe (1950). Le répertoire pour piano seul n'est pas absent : Sonate en fa dièse majeur (1917); Toccata en ré majeur (1938); Ciels : variations pour piano (1938); trois Etudes-paraphrases pour piano, d'après les Caprices pour violon seul de Paganini (1938). Pour orgue seul, Moulaert compose une Sonate en ré mineur (1907), Deux pièces (1910), Trois poèmes bibliques (1916-1920), Alleluia victimae paschali laudes (1927), Deux fugues (1929), Pastorale (1929) et un Prélude et choral (1948).

La production vocale de Raymond Moulaert témoigne à la fois de sa grande sensibilité et de son érudition littéraire. Le compositeur excelle dans l'écriture de la mélodie. Son ouvrage le plus réussi dans le genre, les cinq cycles de Poèmes de la Vieille France (1917-1943), rappelle Fauré et Debussy et met en musique, pour voix seule, voix et accompagnement instrumental ou choeur a cappella, des textes datant du Moyen Age au XVIIe siècle, avec notamment des pages de Ronsard et Villon. Moulaert aime composer non seulement sur des anciens textes français mais aussi néerlandais (proposant Zes Oud-Nederlandse gedichten pour voix avec accompagnement de piano, 1952), italiens, allemands et anglais. Il s'intéresse également à des auteurs plus récents ou contemporains, composant sur des poèmes de Paul Verlaine (recueil Vingt mélodies et poèmes, avec accompagnement de piano, 1914-1917), de Tristan Klingsor (L'escamoteur, 1921, et le triptyque Le jardin de ma tante, 1921, où la voix est rejointe par deux flûtes, un hautbois, deux clarinettes, un basson, un cor, un alto, un violoncelle et une contrebasse) et de Maurice Carême (recueil de dix mélodies L'eau passe, voix sans accompagnement, 1952). Certaines compositions sont destinées aux choeurs (recueil Lanterne magique, 1947, poèmes de Maurice Carême).

Proche de la famille royale, Moulaert compose à plusieurs reprises des oeuvres de circonstance. En 1930, il écrit un Hommage à Léopold II, publié à l'occasion du centenaire de l'indépendance de la Belgique, conçu pour chant (paroles d'Auguste Vierset) et publié à Bruxelles pour l'occasion par les éditeurs Schott frères. En 1956, il participe à un hommage collectif rendu à la reine Elisabeth de Belgique à l'occasion de son anniversaire, en composant une fanfare dont le manuscrit est joint à d'autres pièces du même genre, pour former un volume relié intitulé Fanfares et dans lequel son nom côtoie notamment celui de Francis de Bourguignon, d'Armand Marsick, de Marcel Poot et de son fils Pierre, également compositeur.

Enfin, au chapitre religieux, Raymond Moulaert est l'auteur d'une Messe pour choeurs a cappella (1949). A la fin de sa vie, il s'attelle également à la composition d'un oratorio consacré à saint Jean-Baptiste. L'oeuvre restera inachevée, tout comme un Ave verum pour choeur et orchestre, dont le manuscrit autographe est conservé dans les collections musicales de la Bibliothèque royale de Belgique. Cette institution rassemble également de Moulaert une dizaine de partitions autographes, des notes de cours, ainsi qu'une cinquantaine de partitions imprimées.

Marie Cornaz, © Académie royale de Belgique
Nouvelle biographie nationale, vol. 10, Bruxelles, 2010, p. 295-297

oeuvres

  • Al Novel tempo, 1930
    choeur a cappella 00:04:30
  • Alle sotten en draghen gheen bellen, 1925
    voix moyenne et piano 00:02:30
  • Alleluia - Victimae Paschali laudes - Choral varié, 1927
    orgue 00:10:00
  • Andante, 1903
    4 cors 00:06:00
  • Andante, fugue et final, 1907
    quatuor de saxophones 00:08:00
  • Andante, fugue et final, 1907
    hautbois, hautbois d'amour, cor anglais et Heckelphone 00:08:00
  • Aucassin et Nicolette, 1924
    Récitant, 1 voix moyenne et orchestre 00:30:00
  • Bagatelles, 1960
    2 violons 00:12:00
  • Ballet des mouches, 1919
    choeur mixte et orchestre 00:09:00
  • Cette petite, 1917
    Soprano et piano 00:02:00
  • Chanson bachique, 1938
    Baryton, violoncelle concertant et orchestre 00:04:00
  • Chanson du châtelain de Coucy, 1945
    voix moyenne et piano 00:05:00
  • Chanson du Saule, 1930
    Mezzo-Soprano, alto à cordes et piano 00:03:00
  • Choral varié, 1937
    quatuor de violoncelles 00:12:00
  • Ciels, 1933
    piano 00:08:00
  • Concert, 1950
    harpe, hautbois, flûte, clarinette, cor et basson 00:20:00
  • Concertino, 1937
    trompette et orchestre 00:05:00
  • Concertino, 1937
    trompette en ut ou sib et piano 00:05:00
  • Concerto, 1938
    piano et orchestre 00:22:00
  • Concerto, 1938
    piano solo et piano II 00:22:00
  • Deux fugues, 1929
    orgue 00:15:00
  • Deux lyriques, 1917
    voix moyenne et piano 00:05:00
  • Deux pièces, 1910
    orgue 00:12:00
  • Deux poèmes en vieille langue allemande, 1929
    voix moyenne et piano 00:04:00
  • Deux poèmes en vieille langue anglaise, 1928
    voix moyenne et piano 00:05:00
  • Die Minne biddic, 1925
    voix moyenne et piano 00:02:00
  • Divertimento, 1936
    violon, alto, violoncelle 00:22:00
  • Elégie, 1908
    cor anglais et piano 00:05:00
  • Eroïca, 1946
    cor et orchestre 00:07:00
  • Etude vocalise, 1925
    Soprano et piano 00:03:00
  • Etudes paraphrases, 1948
    piano 00:12:00
  • Etudes rythmiques, 1929
    percussion divers 2 et plus. 00:15:00
  • Fanfare d'appel pour un tournoi de chevalerie, 1923
    fanfare 00:07:00
  • Fanfares, 1930
    fanfare 00:10:00
  • Fanfares pour une corrida, 1930
    fanfare 00:10:00
  • Hoe Gabriel Maria vond..., 1925
    voix moyenne et piano 00:03:00
  • Humoresque, 1910
    harmonie 00:06:00
  • Ick seg Adieu..., 1952
    voix moyenne et piano 00:01:15
  • L'eau passe, 1952
    voix moyenne 00:17:00
  • L'escamoteur, 1921
    voix moyenne et orchestre 00:02:00
  • La cigale, 1919
    voix moyenne et piano 00:02:00
  • La flûte, 1916
    Soprano et piano ou Soprano, flûte et piano 00:02:00
  • La flûte, 1916
    Soprano et piano 00:02:00
  • La flûte, 1916
    Soprano, flûte et piano 00:02:00
  • La jeune Tarentine, 1915
    Baryton et orchestre 00:06:00
  • La récréation, 1934
    choeur d'Enfants et orchestre 00:14:00
  • Laet staen..., 1925
    voix moyenne et piano 00:04:00
  • Lanterne magique, 1947
    choeur mixte a cappella (en soli ou en choeur) 00:12:00
  • Légende, 1951
    flûte et orchestre 00:07:00
  • Le jardin de ma tante, 1921
    1 voix et orchestre 00:11:00
  • Le jardin en fleurs, 1918
    Soprano et piano 00:08:00
  • Les elfes, 1917
    voix moyenne et orchestre 00:08:00
  • Mains liliales, 1916
    Soprano et piano 00:02:00
  • Menuet, 1918
    Mezzo-Soprano et piano 00:03:00
  • Messe, 1949
    choeur mixte a cappella 00:25:00
  • Midi en Campine - Crépuscule en Campine, 1926
    voix moyenne et piano 00:04:00
  • Mourir me faut, 1919
    voix moyenne et piano 00:02:00
  • Ninna - Nanna, 1930
    choeur a cappella 00:01:30
  • O, oogen!, 1925
    voix moyenne et piano 00:03:00
  • Passacaille, 1932
    Soprano et piano 00:06:00
  • Passacaille, 1928
    contrebasse 00:12:00
  • Petit bestiaire, 1941
    octuor (quatuor vocal et quatuor à cordes) 00:15:00
  • Petite flore, 1937
    voix moyenne, flûte, hautbois, clarinette, cor et basson 00:15:00
  • Petite flore, 1937
    voix moyenne et piano 00:15:00
  • Petites légendes 1, 1950
    choeur de Femmes a cappella 00:10:00
  • Petites légendes 2, 1950
    choeur d'hommes a cappella 00:07:00
  • Poème de la forêt, 1927
    voix moyenne, choeur de femmes et orchestre 00:15:00
  • Poèmes bibliques, 1948
    choeur mixte a cappella 00:10:00
  • Poèmes de la vieille France, 1917
    Choeur mixte a cappella 00:16:30
  • Poèmes de la vieille France, 1939
    Baryton solo 00:12:00
  • Poèmes de la vieille France - 1er recueil, 1917
    voix moyenne et piano 00:12:00
  • Poèmes de la vieille France - 2e recueil, 1920
    voix moyenne et piano 00:10:00
  • Poèmes de la vieille France - 3e recueil, 1938
    voix moyenne, piano et violoncelle 00:13:00
  • Poèmes de la vieille France - 5e recueil, 1942
    voix moyenne, flûte et piano 00:12:00
  • Prélude - fanfare pour un drame sacré, 1958
    fanfare 00:00:00
  • Prélude et choral, 1948
    orgue 00:08:00
  • Quatre poèmes chinois, 1917
    voix moyenne et piano 00:08:00
  • Quatre poèmes chinois, 1917
    Mezzo-Soprano et orchestre 00:08:00
  • Quatre poèmes de Tristan Klingsor, 1921
    Soprano et piano 00:13:00
  • Rhapsodie, 1927
    guitare 00:13:00
  • Rhapsodie écossaise, 1940
    clarinette et orchestre 00:08:00
  • Rhapsodie écossaise, 1940
    clarinette et piano 00:08:00
  • Rime dell'Italia antica, 1930
    voix moyenne et piano 00:17:00
  • Sextuor, 1925
    piano, flûte, hautbois, clarinette, cor et basson 00:23:00
  • Slaap kindeken, slaap, 1952
    voix moyenne et piano 00:01:30
  • Sonate en fa dièse majeur, 1917
    piano 00:15:00
  • Sonate passacaille, 1942
    violoncelle et piano 00:14:00
  • Souvenir, 1916
    voix moyenne et piano 00:02:00
  • Springdans, 1926
    grande fanfare 00:09:00
  • Suite, 1939
    3 trombones à coulisse 00:13:00
  • Suite, 1926
    guitare 00:00:00
  • Symphonie de fugues, 1942
    orgue et orchestre 00:30:00
  • Symphonie de valses, 1936
    orchestre 00:20:00
  • Tango caprice, 1942
    saxophone alto et piano 00:07:00
  • Tango caprice, 1942
    saxophone alto (mib) et orchestre 00:07:00
  • Thème et variations, 1910
    trompette avec accompagnement d'orchestre 00:07:00
  • Toccata en ré majeur, 1938
    piano 00:07:00
  • Triptyque, 1915
    voix moyenne et orchestre 00:10:00
  • Trois poèmes bibliques, 1916
    orgue 00:30:00
  • Variations, 1910
    piano 00:00:00
  • Variations symphoniques, 1952
    orchestre 00:20:00
  • Variazioni quasi sonata, 1911
    piano 00:15:00
  • Venezia e Napoli, 1931
    Soprano et piano 00:07:00
  • Vingt mélodies et poèmes, 1914
    voix moyenne et piano 01:06:00
  • Vocalise pour contralto, 1932
    Contralto et piano 00:03:00
  • Vocalise valse lente, 1934
    Soprano et piano 00:02:30
  • Zes oud-nederlandse gedichten, 1925
    voix moyenne et orchestre 00:17:30
  • Zes oud-nederlandse gedichten, 1925
    voix moyenne et piano 00:17:30
  • Zes oud-nederlandse liederen, 1952
    voix moyenne et piano 00:09:00
Pages :
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11