CeBeDeM

CeBeDeM

index
des compositeurs affiliés

GUIDE, Richard de

de GUIDE, Richard, compositeur et pédagogue, né à Basècles en Hainaut le 1er mars 1909, décédé à Woluwe-Saint-Pierre (Bruxelles) le 12 janvier 1962.
Au sortir de ses humanités accomplies à l'Athénée d'Ath, Richard de Guide se lança simultanément dans des études de chimie à l'Université Libre de Bruxelles et dans la composition musicale. Il devint ingénieur chimiste mais l'enseignement de maîtres tels que Paul Gilson, Karel Candael et surtout Jean Absil orienta sa carrière vers la musique et son destin vers la composition.
Il rejoint en 1938 les services musicaux de l'Institut National de Radiodiffusion (I.N.R.) où il prit part durant la guerre à des actes de sabotage qui lui valurent d'être fait prisonnier par l'occupant en 1944 et incarcéré à Huy jusqu'en 1945. Cette expérience donnera quelques années plus tard naissance à l'un de ses chefs-d'oeuvre. L'année suivante, Richard de Guide devient directeur de l'Académie de Musique de Woluwe-Saint-Pierre où il enseigne le piano et l'histoire de la musique. Il sera aussi professeur d'harmonie au Conservatoire royal de Liège de 1950 à 1953, et professeur de composition au Conservatoire royal de Mons de 1961 jusqu'à sa mort survenue prématurément l'année suivante.
L'écriture critique l'accompagnera tout au long de sa carrière : Richard de Guide fut collaborateur musical de l'hebdomadaire « Les Beaux-Arts » de 1946 à 1951, critique musical de « La Nouvelle Gazette de Bruxelles » de 1946 à 1958 et correspondant de nombreuses publications étrangères : « Disques », « Musica », « Radio-Magazine » et « La Revue Musicale Suisse ». Il a en outre publié un fascicule du « Feuillet musical » consacré à Piotr Ilitch Tchaïkovski, une étude sur Les Musiciens du Pays d'Ath depuis le XVe siècle (1955) et un ouvrage renommé – plus enthousiaste que critique – sur son Maître : Jean Absil, vie et oeuvre (1965).
Mort à cinquante-deux ans, Richard de Guide a construit un catalogue de 35 opus seulement, consacré dans un premier temps à des mélodies telles que ses Illustrations pour un Jeu de l'Oie op. 10 composées sur des poèmes de Maurice Carême et créées à Paris par Suzanne Braconnier et David van de Woestijne.
Cette palette s'élargira durant la guerre à de nombreuses formations de chambre grâce à des oeuvres telles que Prélude et Toccata op. 23 pour piano, Prélude et Moto perpetuo op. 27 pour violon, et sa Suite d'après un folklore imaginaire op. 32b pour clarinette.
Mais c'est dans l'écriture orchestrale que Richard de Guide pourra donner le plus de souffle à son expressivité. Il composera trois symphonies, des Mouvements symphoniques op. 8, une suite orchestrale inspirée des « Essais » : Le Tombeau de Montaigne op. 29, un Hommage à Hindemith op. 33 pour orchestre de chambre, un Concerto « Le Téméraire » pour piano et orchestre op. 26, le ballet Les Danaïdes op. 30, et un opéra qui restera inachevé : François Villon, écrit sur un livret de Maurice Henrion (Paris).
Portée par un langage assez classique, son écriture se nourrit plus de tradition que de modernisme et cherche davantage à transmettre une émotion – parfois complexe – qu'à construire des effets. André Souris résume ainsi sa démarche : « Richard de Guide manifeste dans ses diverses activités une richesse d'imagination, un enthousiasme et une sûreté d'exécution peu commune. Sa musique est le produit de la hardiesse et du bon sens. »
Son oeuvre la plus marquante est probablement Vincti non Devicti op. 22 (1947-1948), poème symphonique que le Théâtre de la Monnaie a ultérieurement monté sous forme de ballet. Sous-titrée « Frontispice pour un camp », cette pièce d'une dizaine de minutes est inspirée par la détention du compositeur dans les geôles hûtoises sous contrôle de l'occupant. Ce poème expressif, dont l'angoisse lourde s'interrompt de passages épiques ou empreints de sérénité, fut créée cinq ans après sa composition, le 4 janvier 1953 par le Grand Orchestre symphonique de l'I.N.R. sous la direction de Daniel Sternefeld. L'écriture claire du compositeur et la pertinence de ses couleurs orchestrales confèrent à cette oeuvre une justesse et une intensité dramatique saluées par le public et la critique. Vincti non Devicti obtint la même année le « Prix de la Critique belge ».

Alain Van Kerckhoven
© Académie Royale de Belgique

oeuvres

  • Ainsi... op. 5/2, 1946
    Alto, violoncelle et harpe 00:03:00
  • Ave Maria op. 14/1, 1940
    voix moyenne et piano 00:03:00
  • Ballade op. 2, 1932
    choeur d'Enfants et piano 00:02:00
  • Chanson du pet au Diable
    voix moyenne et piano 00:00:00
  • Concert à onze op. 12, 1940
    orchestre d'harmonie 00:15:00
  • Concerto "Le téméraire" op. 26, 1952
    piano et orchestre 00:18:30
  • Concerto "Le téméraire" op. 26, 1952
    2 pianos 00:18:30
  • Deux préludes op. 15, 1942
    orgue 00:08:00
  • Dimanches op. 6, 1936
    Contralto et piano 00:04:30
  • Duo op. 21, 1945
    2 violons 00:04:45
  • Elégie et consolation op. 32/2, 1958
    basson et piano 00:03:05
  • Et qu'importe si la flêche! op. 3/1, 1934
    Contralto et piano 00:01:30
  • Fanfares op. 34, 1959
    2 trompettes, cor, trombone et tuba 00:08:00
  • Fraîcheur op. 3/2, 1934
    Contralto et piano 00:02:00
  • Hommage à Hindemith op. 33, 1958
    orchestre 00:07:00
  • Humoresque op. 1, 1927
    piano 00:01:30
  • Illustrations pour un jeu de l'oie op. 10, 1939
    Soprano ou choeur à 2 voix et piano 00:13:00
  • Illustrations pour un jeu de l'oie op. 10, 1939
    Soprano et piano 00:13:00
  • Illustrations pour un jeu de l'oie op. 10, 1939
    choeur et piano 00:13:00
  • Lassitude op. 3/3, 1936
    Contralto et piano 00:02:30
  • Le tombeau de Montaigne op. 29, 1955
    orchestre 00:22:30
  • Les Danaïdes op. 30, 1956
    orchestre 00:25:00
  • Les grilles op. 11, 1939
    Contralto et piano 00:04:00
  • Les soirs op. 4/1, 1935
    Contralto et piano 00:02:30
  • Migration des âmes op. 28, 1955
    voix moyenne et piano 00:10:30
  • Mouvements symphoniques op. 8, 1947
    orchestre 00:08:30
  • Mouvements symphoniques op. 8, 1947
    harmonie 00:08:30
  • Nocturne op. 13, 1941
    piano 00:03:30
  • Nocturne op. 13/2, 1942
    orchestre de chambre 00:03:30
  • O Salutaris Hostia op. 14/2, 1944
    voix moyenne et piano 00:03:00
  • Pénombre op. 4/2, 1935
    voix moyenne et piano 00:01:30
  • Petite flore op. 7, 1937
    voix moyenne et piano 00:04:45
  • Prélude et toccata op. 23, 1955
    piano 00:08:30
  • Préludes brefs op. 9, 1948
    piano 00:07:00
  • Priez pour moi, ma mère... op. 5/1, 1937
    voix moyenne et piano 00:03:00
  • Speciosa miracula op. 19, 1948
    flûte, hautbois, clarinette, basson, cor et piano 00:18:00
  • Suite op. 32/1, 1958
    clarinette et piano 00:07:40
  • Suite "Les caractères du trombone" op. 32/3, 1958
    trombone et piano 00:07:45
  • Symphonie n°1 op. 17, 1943
    orchestre 00:17:00
  • Symphonie n°2 op. 24, 1950
    orchestre et orgue principal 00:24:00
  • Symphonie n°3 op. 31, 1957
    cordes, harpe et timbales 00:20:00
  • Trois chants de mort I op. 16/1, 1943
    voix moyenne et piano 00:04:00
  • Trois chants de mort II op. 16/2, 1942
    voix moyenne et piano 00:03:30
  • Trois chants de mort III op. 16/3, 1942
    voix moyenne et piano 00:03:30
  • Trois nômes op. 25, 1951
    flûte 00:05:30
  • Vincti non devicti op. 22, 1948
    orchestre 00:10:30
Pages :
1 2 3 4 5